Le Télégramme - Publié le 09 juin 2016 - Valérie Le Moigne

Philippe Bouillé est un doux rêveur. Mais pas seulement. Cet ingénieur lannionnais met tout en oeuvre pour tisser du lien et rendre la vie plus belle.

« Je rêve beaucoup, mais en général, je fais en sorte que tout se réalise », raconte ce quadra dynamique qui met tout en oeuvre pour créer du lien dans sa vie et celle des autres. Son credo au quotidien est celui-là, il n'a de cesse de témoigner de ce qui le touche et agit pour « créer tout ce qu'il aimerait voir dans notre bassin de vie ». Alors avec sa start-up « Locale for people », il a tissé un réseau social local, « Vivre dans ma ville », et développe quelques-unes des dizaines d'idées qui lui trottent dans la tête pour un monde meilleur, au moins pour mieux vivre ensemble. Ici, ailleurs, partout. Philippe Bouillé est, entre autres, à l'origine d'un projet de monnaie locale dans le Trégor. Il aurait aussi très envie de faire pousser des jardins de centre-ville, comme il a déjà mis en place un jardin collectif en permaculture dans le quartier de Kerligonan, à Lannion. La solidarité joyeuse, c'est le sel de sa vie. Son ambition est claire : « Je veux monter des projets collectifs et faire des choses tous ensemble pour qu'il y ait plus de chaleur humaine ». Loin de n'être qu'un humaniste utopiste, l'ingénieur fait ce qu'il dit, à la mode de Bretagne ; il y a les disou et les faisou ! Quand, en début d'année, il a entendu parler d'une initiative née au Danemark, l'homme a eu un véritable coup de coeur pour ce projet qui représente tout ce en quoi il croit. Immédiatement, il est monté en selle pour le développer sur son territoire et créer une antenne dans le Trégor. Il s'agit de la troisième entité française de l'association « À vélo sans âge », après Capbreton, dans les Landes et Rezé, en Loire-Atlantique. « Vivre dans ma ville est un réseau support qui permet de démultiplier les associations déjà existantes », poursuit le bouillonnneur d'idées, soucieux de « favoriser l'intergénérationnel dans le monde qu'il imagine, avec toujours plus de respect, tant pour l'environnement que pour les hommes ».

« Lenteur et tendresse »

Alors cette idée nordique de triporteur piloté par des bénévoles qui promènent tranquillement et avec le sourire, nos aînés des Ephad, évidemment, ça l'a complètement charmé. « J'ai observé des personnes âgées se balader ainsi et j'ai vu leurs visages s'illuminer », explique-t-il, heureux de « cette ouverture du coeur, de ce lien créé avec les seniors ». Le tout dans la lenteur et la tendresse. « On sent une vraie attention à l'autre, ça donne du sens. Autant pour celui qui reçoit que celui qui donne », parole d'hédoniste ! Autour de ces balades à vélo, un noble dessein : garder actifs au sein de la communauté, ceux qui ne peuvent plus se mouvoir comme ils le souhaitent, conserver ce lien avec des actifs, leur proposer un mode déplacement aussi doux que le moment partagé... « À Copenhague, c'est une vraie manière de vivre », dit-il, espérant que le concept qu'il souhaite développer devienne également ici un art de vie, emportée dans la mouvance mondiale qui se crée autour de ce principe. Pour que son idée se transforme en réalité, il va à la rencontre des établissements du Trégor et reçoit un bel engouement en retour. À Lannion, Trébeurden, Trégastel, l'adhésion est totale. Et Philippe Bouillé a déjà des parcours très sympathiques en tête. Quant à trouver des bénévoles, il ne doute pas que les volontaires seront nombreux. « Même les professionnels que je rencontre veulent déjà s'y mettre ! », commente-t-il avec tout l'enthousiasme qui le caractérise.

Un financement participatif

C'est dire toute l'énergie qui le pousse à chercher des financements et financeurs, aujourd'hui, dans le Trégor pour qu'au moins trois triporteurs roulent à partir de l'automne prochain. Reste, en effet, à financer les engins qui coûtent environ 5.000 € pièce. Porté par l'association « À vélo sans âge », un crowdfunding pour un premier vélo commence aujourd'hui sur une plateforme de financement participatif. « Il devrait y en avoir rapidement plusieurs car le foyer-logements de Trégastel avance aussi de son côté, tentant d'entraîner d'autres partenaires », se réjouit le porteur du projet qui souhaite que tout roule, assurément !

Contact
http://avelosansage.fr/